Une plume pour testament... une cigarette pour un dernier souffle... Je ne suis pas un exemple... Je suis un garçon simple qui Se forge tout seul... rien de bien extraordinaire dans tout ceci... la simplicité est moins encombrante que la complexité

Une plume pour testament... une cigarette pour un dernier souffle...

Une plume pour testament... une cigarette pour un dernier souffle... entre mes doigts... Encore une vie... encore une fois...

dimanche 31 mai 2009

Saint Johnny

Ambiance survoltée hier soir au Stade de France.
Pour le deuxième de ses concerts parisiens et sa dernière tournée, baptisée «Tour 66», Johnny Hallyday a électrisé ses fans venus par milliers, qui, eux aussi, ont donné de la voix. Une mise en scène époustouflante avec jeux de couleurs, jets de lumière et geysers enflammés pour l'interprète de «Allumer le feu». L'ex-idole des jeunes va fêter ses 66 ans le 15juin...

Comment ça va «s’arrêter là» ? De quoi tu parles ? Comment ça, on réalise son rêve de jeunesse d’être comédien ? Remarque d’un côté, heureusement que pendant quarante-cinq ans, ce rêve-là a existé en pointillé, même si on est très content de l’Homme du train, de Détective, etc., parce que sinon on chanterait quoi, nous, en voiture, en fin de soirée, on se lèverait sur quoi comme un seul homme quand une de tes 3 549 chansons cultes (elles sont toutes cultes) passent à la radio, au café, en boîte ? Et à partir de ce soir, rendez-vous au Stade de France pour trois soirs, où les purs et durs vont camper pour être sûrs de garder leurs places devant.

Ah, on les entend les vautours (même les vautours font l’amour, c’est toi qui l’as dit) : ça y est, c’est enfin la nécro à Johnny, il a fini de nous polluer avec ses conneries, ce faux rocker-ringard-momie nationale-empereur de beaufs… Non, non, il bouge encore, on parle juste de la scène, des vies de «fans» rythmées par les Bercy, les Zénith, les Parc des Princes, les Stadeuf comme on dit. Par cette ambiance qui suinte la bière, la sueur et l’amitié, la connivence avec ce type qu’on ne connaît pas en vrai, mais encore mieux qu’en vrai. Avec ce grand fauve aux yeux laser qui te met les tripes en huit avec sa voix, que ses chansons, il y en a une pour chaque situation de ta vie. C’est vrai quoi, il prend les mots qu’on lui donne (tu sais bien, il est trop con pour les écrire, il paraît même qu’il ne comprend pas ce qu’il chante, disent les vautours), il les pousse avec sa voix, et paf, il te prend dans ses rayons et tu tombes à genoux. Une espèce de ferveur très bizarre, difficile à expliquer aux profanes. Qui s’en foutent, Dieu ait pitié d’eux.

Eux, les vautours, qui sont moins nombreux qu’il y a quelques années à se moquer dès qu’on évoquait l’idole. Et voilà qu’alors qu’on était catalogué dans les limbes de la sous-musique et de l’überringardise, pour parler comme eux, le phénomène deviendrait branché, ma parole, à s’en mordre la santiag.

Enfin bon, il y a tous ces souvenirs à l’Olympia, tout près de toi, si content d’une «petite salle», et à la Cigale, où on avait plus chanté que toi, même une fois à la Fête de l’Huma. Dire que maintenant, ça va être devant un DVD avec les copains, avec nos vieux CD, voire des 45 tours (accrochés au mur des toilettes-autel à Hallyday), qu’on va communier. Qu’on va se croiser les poignets au-dessus de la tête pour «muuuurir d’amuuuuur enchaînés», se balancer mutuellement des bouteilles d’eau et des peignes, se gueuler y a-t-il quelqu’un pour m’aimer ce soaaaaar, et se congratuler, vous êtes formidaaaables. Mais ils seront où les autres Johnniques ? Pour l’instant, ils reviennent du concert ou ils y retournent. Et on les suit. A Saint-Etienne et à Bruxelles, avec Marion, Laurent C, Laurent D, qui ont vu tous, ou presque tous, les concerts du début de la dernière tournée.

Grand merci à François, de Johnnypassion.com

Photos DANIEL ANGELI.ANGELI

 

 

Le camping au parking

 

Laurent :«Nous sommes une quinzaine de campeurs volontaires pendant la semaine des concerts. Des journalistes viennent à notre rencontre, pour se taper le bon gros naze, triste "clone" décoloré tatoué et alcoolo- illettré. Mais manque de bol, ils ne trouvent chez nous que des gens sachant enchaîner et aligner sujet verbe complément, sans onomatopées suspectes. Finalement, passée la surprise de voir que nous sommes aussi des êtres humains normaux, on finit par sympathiser et donner enfin une image juste de Johnny et de son public.»

La course vers la fosse

Marion :«Comme pour un sportif, il faut manger assez et au bon moment pour éviter les coups de pompe et les malaises plus tard, dans la salle. L’essentiel est de rester debout le moins possible afin d’économiser les reins. Dehors, une fois que la sécurité fait son apparition, vers 18 h 30, tout s’enchaîne très vite. La foule qui commence à pousser, la course folle jusqu’à la fosse, et l’arrivée en trombe aux barrières tant convoitées. Après quelques coups de coudes pour faire sa place, les mains bien ancrées autour de la barre, il n’y a plus qu’à vérifier où sont placés les autres et attendre sagement. C’est pendant ces deux longues heures d’attente que la fatigue se fait sentir. Le temps n’avance pas. Les genoux se raidissent, les reins tirent de plus en plus, les quelques étirements n’y font rien. Tout se joue au mental. Ne pas penser à la soif ni au dos, encore moins à l’heure.»

«Voilà le patron !»

Marion :«Les musiciens commencent à jouer. Lumière psychédélique, le son monte en intensité. La tension de la foule aussi. Le rideau tombe, feu, étincelle, on ne voit rien du premier rang. Ebloui, on est obligé de baisser la tête ou de détourner le regard, si bien qu’au moment où l’on peut enfin regarder la scène, Johnny est là immobile, comme apparu de nulle part. Avant même qu’il n’ait bougé le moindre petit doigt, il est impressionnant de présence. La musique s’arrête dans un silence quasi religieux. Un silence que toute la salle respecte durant quelques secondes avant d’exploser.»

Laurent :«Le voilà LE PATRON !! Putain quelle présence, quel magnétisme. Il est là impassible, immobile au milieu d’une tempête d’ovations, de cris et d’applaudissements. Après un sourire, il attaque avec Ma gueule a cappella d’une voix si puissante quelle vous décroche l’estomac et le cœur en même temps.»

Les jeux de lumières

Laurent :«Un décor impressionnant, avec quatre statues de corps de femmes à tête d’aigle très égyptiennes et un aigle survolant la scène. Sans oublier quatre écrans actionnés dans tous les sens par quatre robots sortis des usines d’auto. Les costumes sont très sobres, noirs.»

Marion : «Au premier rang, l’aperçu des jeux de lumières n’est pas idéal. Il y a en tout cas d’énormes variations au niveau de l’intensité, des couleurs et des formes. Il y a de l’originalité, de la technique, des choses très minutieuses. Un des plus beaux jeux de lumière du spectacle, c’est lorsque des faisceaux de lumière rouge enveloppent Johnny. Lui en noir dans ce cocon rouge, c’est très fort visuellement.»

Une estocade vocale

Laurent :«On ne va pas tout dévoiler. Mais Requiem pour un fou jouit d’une mise en scène prenante [image d’intervention du GIGN, dont la dramatisation monte au fil de la chanson] jusqu’au dénouement où Johnny, criblé de jets rouges de laser et lumière, nous donne l’estocade en apothéose vocale comme il ne faisait plus depuis longtemps: "qui meuuuurt d’amououououuuuur !!!" On ne sait plus où on habite. Ensuite, on peut parler du Pénitencier où il demande : "Je vous entends bien mais je ne vous vois pas, peut-on allumer la salle ?" Standing ovation de 2-3 minutes, medley sur la Fille de l’été dernier, Blue Suede Shoes, That’s allright mama, la Terre promise, I got a woman. Rupture et Quelque chose de Tennessee, Johnny seul à la guitare dans une version judicieusement réorchestrée. Un silence, il se cramponne à son pied de micro, de profil, il glisse lentement puis tombe un genou à terre, délire dans la salle. "Je suis seuuuuuuuuul !!!, déseeeespéré. Wouaou. Y a-t-il quelqu’un pour m’aimer ce soir ? - Ouiiiiiiii - Personne ne veut m’aimer !! Y a-t-il ce soir une fille qui veuille m’aimer ? Je me sens seul…" Et ça marche encore INCROYABLE [il a 65 ans, le gars, et ça marche comme s’il en avait 20. Là où tous les autres seraient ridicules, il est mille fois crédible].»

Trop fade «Marie»

Marion :«En fait, toutes les chansons sont de très grande qualité si l’on excepte Marie, chantée uniquement le 23 [à Bruxelles]. Une version fade, du moins classique, peu maîtrisée par les musiciens, notamment par un batteur inexistant. C’est la première fois qu’elle était jouée, espérons la dernière. Ce choix d’un concert très grand public [en Belgique] est une petite déception.»

Des clins d’œil particuliers

Laurent :«A peine le temps de compter les moments où Johnny nous a fait cadeau de signes particuliers sur certaines chansons - il a dit lors d’interviews qu’il reconnaissait les mêmes têtes et qu’il tenait à nous le faire savoir par des attitudes particulières - que vrombissent les notes d’Allumer le feu. Je ne comprends plus rien sauf que le mec qui est sur la scène n’est pas comme nous : il est plus que tout. Tiens, voilà Hey Joe et j’ai droit à mon couplet il me fixe dans yeux. "Moi Joe, tu vois, je n’ai plus rien."»

Un jeu de jambes à la Elvis

Marion :«Dans une forme éblouissante, oui, il a d’ailleurs dit deux fois qu’il n’était pas fatigué. Samedi soir, concert d’anthologie, il avait une rage et une énergie impressionnante. Ça fait bien longtemps qu’il n’a pas offert autant de jeux de jambes à la Elvis, qu’il n’a pas tapé du pied et rugi de plaisir.»

Pleurs sur «Et maintenant»

Laurent et Marion :«Pendant cinq minutes, il suspend le temps. La salle se tait, encaissant difficilement chacune des paroles de cette chanson. Johnny ne chante déjà plus du Bécaud, dans une interprétation magistrale, il la fait sienne. Le public ne peut contenir quelques larmes et, d’un dernier geste de la main, Johnny se retire comme il est venu, dans une ambiance lourde… Un raz-de-marée d’applaudissements, d’ovations et de cris. Il est ému aux larmes, j’ai des frissons, les filles pleurent. Il est 23 h 30, deux heures quarante-cinq de show. Chapeau bas, Monsieur Hallyday. Après vous il n’y aura rien de comparable.»

«TUhjUhrs à l’heu-eure»


Martin, fan et scientifique de la Johnnique.

L’interprétation, c’est 50 % de la création, et avec Johnny c’est souvent 100 %. A quoi ressembleraient certaines chansons, dont l’intérêt n’est pas toujours évident sur le papier, si elles étaient chantées par d’autres : Allumer le feu,Né dans la rue,Que je t’aime… Personne n’est vraiment capable d’y mettre toute la conviction nécessaire. Johnny c’est le rock, celui dont la voix a toujours quelque chose de potentiellement explosif, même sur les chansons douces. Depuis pas mal de temps, dans la variété et la télé-réalité, on dirait que chanter, c’est déclamer. Or il faut faire l’inverse, et c’est la leçon que Johnny inflige chaque fois qu’il s’approprie une nouvelle chanson. Il faut tordre les mots, syncoper les vers, y incorporer toute une série de ponctuations vocales, éructations, cris, plaintes, soupirs… mais jamais à la manière d’un bon élève, toujours à la façon d’un mauvais garçon. Exemple avec J’la croise tous  les matins (1995) :

«J’la croise tous les mAhtins (l’accent sur l’avant-dernière syllabe, une marque de fabrique) / Cinq heures quarante (un principe de cette chanson : un vers appuyé suivi d’un autre à peine chanté, pour faire contraste) / Elle va prendre son traaAIINNHhh (là, décrochage vers le haut, spécialité johnnique) / et moi j’rentre (ici surtout l’effet de contraste) / Elle cOhmmence sa jUhrnée, (accent sur l’avant- dernière syllabe mais, cette fois-ci, avec un timbre fort et dense) / TUhjUhrs à l’heu-eure (ici le fameux «U» johnnique, et chaque syllabe appuyée, pour marquer le terrain du texte) / Moi-la-lu-mièEEHrr / Me fait peur» (le contraste figure ici dans le même vers, avec distorsion sur «lumière» puis relâché sur «me fait peur». C’est ça, la Johnnique.

Chris
si mon pere était encore là il aurait surment dit... "il assure encore ton parain..."


Posté par chrisetvous à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour Jérôme

Il y a des soirs comme de grands trous noirs où l'on s'abandonne seul et sans personne pourtant en sursaut on repart à l'assaut...

Il y a des soirs où le désespoir devient une force quand jaillit sous l'écorce
de l'arbre qu'on croit mort de la sève encore...

C'est ton souvenir au plus fort de l'absence
qui me fait tenir... le silence semble même... me parler... parfois de toi...

Comment oublier que je t'ai promis de ne pas sombrer...
même quand la folie veut me prendre à toi... je résiste malgré moi...

Because... I'll be true to you

Chris.

Posté par chrisetvous à 09:42 - Vie sentimentale... - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 5 mai 2009

Midnight Express

Billy Hayes est arrêté à Istanbul pour avoir sur lui quelques grammes de hashisch. Condamné à perpétuité, il est enfermé dans des geôles d'une extrême inhumanité.




 

Posté par chrisetvous à 20:55 - Vidéos - Musiques - Livres... - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 26 février 2009

Pour Igor

Paris c'est bien... Clermont c'est mieux...

Posté par chrisetvous à 21:36 - Familles - Amis... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aimer vivre...

La démocratie est un droit commun tout comme la démocratie.

Il ne suffit pas de dire...
"Lui c'est pas bien ou lui..." C'est pas vrai ou... pire! Il n'est pas revenu..."

Il suffit de ce dire une chose...
La vie est courte pourquoi ne pas en profiter maintenant...

La plainte est globale mais rassure toi...

Tu vis dans un pays européen...
Alors accroche-toi à tes idées...
Et surtout...

N'oublie jamais où tu poses les pieds!
Ici c'est pas le terrain qui est miné...
Ce sont les hommes...

Chris.Fortin




CHRISTOPHE MANGELLE - Tellement peur !
envoyé par OhEditions


CHRISTOPHE MANGELLE - Tellement peur ! (suite)
envoyé par OhEditions

La cancer c'est pire que le sida...
car avec le sida tu sais qui va t'enculer...
Quitte à choisir entre les deux...
j'avoue franchement du fond du coeur...

Que je reprendrais bien un gateau Kévin...

Les gateaux de kévin...
Y a pas d'heure pour en manger!


Chris And Kévin.






Posté par chrisetvous à 20:56 - Il faudra bien que je leur dise... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le retour du Roi

Préface...


Posté par chrisetvous à 20:52 - Il faudra bien que je leur dise... - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 9 février 2009

Nan mais je rêve!

GrandMEc dit:

2009-02-09 11:23:44

bon ben bonne journée et à plus!

GrandMEc dit:

2009-02-09 10:56:28

ça va bien?

GrandMEc dit:

2009-02-09 10:44:41

salut c'est avec toi et ton mec que j'ai fait un plan à 4 au sauna de marly je crois...je suis le mec assez grand
190 78 chataincourt



Le seul moment ou je me fais un plan...

c'est exclusivement avec mes deux mains et mes dix doigts... GrandMec...

voila_qui_est_dit

N'en déplaisent à certain...

Posté par chrisetvous à 11:47 - Un monde très très très Gay... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour Igor(las)

;) Chris.

Posté par chrisetvous à 11:25 - Vidéos - Musiques - Livres... - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 février 2009

Y a t'il un Dieu qui me protège... une préférence pour un privilège que je comprend et que j'aime...

Chris_calin

Posté par chrisetvous à 19:50 - Vie sentimentale... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pense à moi...

Posté par chrisetvous à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour Yom

Posté par chrisetvous à 17:58 - Vie sentimentale... - Commentaires [0] - Permalien [#]

For Stéfan

Posté par chrisetvous à 17:42 - Vie sentimentale... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je n'ai jamais pleuré

Posté par chrisetvous à 17:26 - Chris sans (T) à la fin... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour Igor...

Il y a une chose que j’aime par-dessus tout…
C’est apprendre à connaitre une personne qui vous plait...
se perdre face à son charme... se noyer dans ses yeux qui vous transpercent et vous mettent à nu…

on se sent tout vide et en même temps rempli d’une joie... d’une force immense… et tellement que son charme opère on se sent déstabilisé... mis à nu mais cela procure un immense sentiment de bien être... une boule de chaleur qui enveloppe petit à petit tout votre corps... jusqu’à en réchauffer votre cœur !
Et là vous avez qu’une envie... que ce moment dur encore et encore…
et manger de la glace à outrance car cette personne n'est pas là...


Prends garde au passé Igor!
    Sans cesse te retourner...
    T’empêche de progresser.
    Prends garde aux croyances...
    Au Père toute puissance…
    N’ayez peur des offenses.
    Prends garde aux futilités...
    Ton avenir n’est destiné...
    Tes choix vont le fonder.

Juste for Igor...


Posté par chrisetvous à 15:47 - Chris sans (T) à la fin... - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 4 février 2009

Cancer and the city Boy...

ChrisCancer

Avec ma gueule de juif
Ma ganache de juif errant
Toujours aussi réfractaire
A vouloir rentrer dans le rang
Avec vous je serai franc!

Franc au possible
Dans l’rang impossible
Votre morale au crible
Qu’on me déleste de mon ego!


Ça me rend psycho, j’sors les crocs
Ça me rend psycho dans mon flow
Et là il y a plus d’idéaux
Et donc je deviens accro A la suffisance, la violence
Et là vous brave gens...


AAhhh c’en est trop Avec ma gueule de juif...

Mon œil de prédateur
En phase avec son temps,
J’ai poussé sans tuteur
Poussé comme une mauvaise herbe
Comme un môme croate ou serbe...


Qu’on me dit que mon attitude fout la Gerbe
C’est la merde, c’est la merde...

c’est la... ’’
Avec ma gueule de ...’’

Avec ma gueule de juif...
Rafistolée qui s’est bastonné
A qui on a pris, tout volé, si peu donné...


J’ai pris des branlées par un père Déserteur
Au point d’en espérer qu’en enfer Il y ait du bonheur
La perception atrophiée...


Et c’est pas votre moralité qui m’a habillé
Parce qu’anormal est l’isolement
Dans lequel j’ai pu nager
Dans lequel on m’a plongé...


Auquel personne n’a jamais voulu rien Changer!!!


Avec ma gueule de juif...
Abreuvé par la passion
Mon sacerdoce est ma mission...


Et si récompense il y a
Mon cœur me guide au trépas...


Rien est acquis je l’ai toujours pris!!!


Ca ça m’inquiète pas, ça m’inquiète pas... ’’
Avec ma gueule de ...’’


Avec mon air aigri amer, galbé comme Un fil de fer...
Affûté pour Ma guerre j’roule pour la Maison mère...


Avec ma gueule j’fais Mouton...
J’ai une ganache de dieu grec...
Il est possible qu’on m’arrête ou par
Erreur qu’on m’affrète...

Avec ma bouche qui a trop bu
mon air Obtus qui pue la rue...
Cette façon d’être à La futage... et en même Temps d’être à la rue...

Avec mes yeux tout délavés qui me
Donnent l’air de rêver...
Avec mes rêves de délinquant
Mes coups d’sang incessants!!!


Avec ma gueule de juif...
Héritière d’une souffrance lointaine...
J’veux pas finir en victime
ni même finir A Fresnes...


Avec son visage ses yeux verts
Tout me rapproche de ma mère...


Tout m’éloigne de mon père grâce à qui
J’ai ce goût amer...

Goût amer...


Posté par chrisetvous à 12:27 - Chris sans (T) à la fin... - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 février 2009

La fin du tabac


 

Posté par chrisetvous à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mon Frere...

Posté par chrisetvous à 08:40 - Vie sentimentale... - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 janvier 2009

Si j'avais su...

Posté par chrisetvous à 15:21 - Social - Vie quotidienne... - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 janvier 2009

Deux mois avant que je sache...

 

Posté par chrisetvous à 07:05 - Familles - Amis... - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 janvier 2009

Je sais donc je pense...

J'ai refusé temps de chose...


le_roi

Queue la premiere éjaculation...


Tu veux de la mayo avec tes frittes ?

Posté par chrisetvous à 06:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Oui j'ai rangé ma plume pour un soir...

Il ne suffit pas d'avoir les armes pour se faire comprendre...
Il ne suffit pas que des paroles... de Salman Rushdie...
Il ne suffi pas...
Il suffi simplement d'être comme toi...
Humain!  Pour te comprendre...

Et tout est dans la voix...
Le temps d'un soir ou j'oubli ton regard...


La fin d'un Enpire! Et toi tu es comment ?... Chris.F

Posté par chrisetvous à 05:26 - Social - Vie quotidienne... - Commentaires [0] - Permalien [#]